Random Article


 
Les Deals
 

 

 
Casablanca premier pôle industriel du royaume
A

La capitale administrative Casablanca, est l’un des principaux piliers de l’économie marocaine grâce à son industrie très développée. Avec sa position de leader dans l’industrie nationale, elle présente plus de 2689 établissements industriels soit près de 34% des établissements au niveau national. L’industrie dans cette région à connu des performances positives dans la majorité des grandeurs économiques.

Aujourd'hui, les grandes réformes et les grands chantiers entamés par la ville ont commencé à donner de bons résultats, notamment avec la hausse continue du PNB, et ceci même durant les mauvaises saisons agricoles dues à des périodes de sécheresse aigües. Cette ville, premier pôle industriel du pays avec plus d'un tiers des établissements industriels du pays, concentre 55 % des unités productives, et près de 60 % de la main-d’œuvre industrielle. Casablanca réalise 50 % de la valeur ajoutée du Maroc, et attire 48 % des investissements. À elle seule, elle emploie 39 % de la population active du Maroc, représente 35 % de la consommation électrique nationale et absorbe 1,231 million de tonnes de ciment. Les ports de Casablanca et Mohammedia assurent 55 % des échanges extérieurs, et son aéroport accueille 51 % des passagers.

Forte de ce dynamisme, la région présente un attrait indéniable pour les investisseurs, ainsi que pour les jeunes à la recherche d’un cadre de vie confortable et moderne.

image

L’industrie du textile de Casablanca présente un marché libéralisé et des Accords de Libre échange avec la Turquie et les USA, le textile habillement présente de nombreux avantages compétitifs pour l’accès aux deux plus grands marchés du monde.

Nous pouvons dire que l’industrie du textile rapporte beaucoup dans l’économie mais il en existe aussi d’autres secteurs qui participent à son développement exemple l’industrie du raffinage, l’industrie alimentaire, l’industrie de l’automobile, l’industrie chimique, l’industrie de la fabrication de machine et appareils électriques. Le secteur agroalimentaire occupe aussi une place importante dans l’économie de la région du grand Casablanca par la valorisation de la production agricole.

Du côté de l’industrie de l’automobile, cette dernière offre à ses investisseurs un marché d’1 milliard d’habitants, accessible grâce aux différents accords de libre échange signés entre le Maroc et les USA, l’Union européenne, la Turquie, la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie Avec un taux annuel moyen de développement des investissements de 26,4%, le secteur automobile dévoile un potentiel des plus satisfaisants. En 2015, plus de 72 milliards de dollars d’équipements et composants automobiles seront utilisés dans la fabrication de près de 7 millions de voitures. Ainsi, notre pays prépare d’ores et déjà son insertion dans la conjoncture économique mondiale et Casablanca se propose d’en porter le flambeau. Cette volonté se justifie par le fait que seule Casablanca accueille déjà un tissu important d’opérateurs marocains et étrangers autour du noyau SOMACA. Elle possède les atouts qui porteront l’ambition du Maroc de devenir une plateforme importante de l’industrie automobile, notamment dans le cadre de la sous-traitance.

Casablanca accueille les zones industrielles d’Ain Sebaa-Hay Mohammadi et Sidi Bernoussi-Zenata, premiers foyers industriels de la Région du Grand Casablanca et du Maroc en général, avec une contribution de l’ordre de 69% à la production industrielle, et 63% de la main d’œuvre manufacturière.

image

La région accueille également d’autres zones créées notamment à Mohammedia, Bouskoura, et récemment autour de l’Aéroport Mohammed V et connaît l’émergence d’une nouvelle génération de zones industrielles confiées à des professionnels de l’aménagement et de la gestion des zones d’activités, conçues afin de répondre aux nouveaux besoins des investisseurs et accompagner l’évolution de l’activité économique de la région.



 
BAROMETRE IMMOBILIER
 
 

 

la demande en immobilier résidentiel a le vent en poupe

Les agents d’Anfablanca démontrent selon leur étude des biens résidentiels sur Anfa, l’existence d’une forte demande en termes de vente et de location, qui n’arrive pas à couvrir l’offre quant à sa rareté. Le prix du foncier reste plus élevé par rapport aux autres quartiers, étant donné de l’emplacement hautement stratégique d’Anfa par ses appartements haut standing, au cœur de la ville avec ses innombrables avantages, des services qui s’y trouvent, son excellente liaison de transport et la sécurité dont il jouit.

immobilier d'entreprise en hausse malgré la flambée des prix

Anfablanca a réalisé une étude poussée sur les achats et les locations de bureaux dans le quartier Anfa, qui au fil des années est devenu le centre des affaires de la ville. Un lieu très prisé qui lui vaut une très forte demande que l’offre assez insuffisante n’arrive pas à couvrir. Grâce à ses nombreux avantages stratégiques, Anfa est une plateforme financière qui abrite la majorité des grandes entreprises dans ses immeubles de standing, malgré le prix élevé du foncier.

L'immobilier commercial sur Anfa continue d'être sous tension

Nos spécialistes en immobilier ont opéré un examen minutieux concernant les locaux commerciaux situés dans le triangle d’Or de la ville. Un déséquilibre est nettement remarquable dû à une demande beaucoup trop élevée par rapport à l’offre. Les entreprises s’arrachent les emplacements disponibles malgré le prix extrêmement élevé du foncier sur cette zone qui jouit d’un emplacement stratégique de premier choix.


 
LES BONS PLANS