Random Article


 
Les Deals
 

 

 
Casablanca capitale économique
C

Casablanca, capitale économique du Maroc. Elle est Située sur la côte atlantique, à environ 80 km de Rabat, possède 42 % des établissements industriels, attire 48% des investissements et compte 30% du réseau bancaire, ainsi que presque la totalité des sièges de banques et assurances. La métropole jouit d’infrastructures portuaires, aéroportuaires, ferroviaires et routières qui facilitent les échanges économiques, son port cumule près de 33 % des échanges extérieurs, son aéroport concentre 40% des mouvements d’avions et 51% des mouvements des passagers, le secteur agroalimentaire occupe aussi une place importante dans l’économie de la région du grand Casablanca.

Cette grande ville, occupe la première place financière du Maghreb, elle réalise 50 % de la valeur ajoutée du Maroc, et génère à elle seule 25% du PIB national, elle emploie 39 % de la population active du Maroc, représente 35 % de la consommation électrique nationale et absorbe 1,231 million de tonnes de ciment. C’est grâce à ses entreprises, ses sièges et son grand port, qu’elle est aujourd’hui l’une des plus grandes métropoles du continent, qui ne cesse de se développer.

image

On ne peut parler de la capitale économique du Maroc, sans évoquer Anfa, une région considérée depuis des décennies comme le carrefour des affaires. Elle constitue un centre urbain par excellence, grâce à son emplacement stratégique à proximité des régions d’attractivité Casablancaises telles que la corniche d’Ain Diab, Centre ville, Marina, présentant ainsi un attrait indéniable pour les investisseurs, et pour les entrepreneurs locaux et internationaux à la recherche d’un cadre de vie confortable et moderne. Compte tenu du nombre important des entreprises, bureaux et commerces implantés dans cette région, de la qualité de vie et du nombre important des transactions et opérations économiques effectuées dans ses locaux, Anfa mérite bel et bien d’être nommée « cœur de Casablanca ».

image

La grande Mosquée Hassan II, est le joyau de la ville et la Place Mohammed V : d’où on peut apercevoir la wilaya de Casablanca et son campanile d’inspiration toscane ainsi que le palais de Justice d’inspiration arabo-andalouse.

Les amateurs d’art et d’architecture pourront admirer de nombreuses façades de style Art déco le long de l’avenue Mohammed-V et du boulevard 11-janvier et visiter le Musée de la Villa des Arts.

Enfin, le Parc de la Ligue Arabe et la corniche et ses plages (Aïn Diab) sont les lieux incontournables pour un peu de détente, pour cela Casablanca reste l’une des meilleures destinations touristiques au Maroc, qui a su faire face à la concurrence accrue des villes à proximité tel qu’El Jadida et Marrakech.



 
BAROMETRE IMMOBILIER
 
 

 

la demande en immobilier résidentiel a le vent en poupe

Les agents d’Anfablanca démontrent selon leur étude des biens résidentiels sur Anfa, l’existence d’une forte demande en termes de vente et de location, qui n’arrive pas à couvrir l’offre quant à sa rareté. Le prix du foncier reste plus élevé par rapport aux autres quartiers, étant donné de l’emplacement hautement stratégique d’Anfa par ses appartements haut standing, au cœur de la ville avec ses innombrables avantages, des services qui s’y trouvent, son excellente liaison de transport et la sécurité dont il jouit.

immobilier d'entreprise en hausse malgré la flambée des prix

Anfablanca a réalisé une étude poussée sur les achats et les locations de bureaux dans le quartier Anfa, qui au fil des années est devenu le centre des affaires de la ville. Un lieu très prisé qui lui vaut une très forte demande que l’offre assez insuffisante n’arrive pas à couvrir. Grâce à ses nombreux avantages stratégiques, Anfa est une plateforme financière qui abrite la majorité des grandes entreprises dans ses immeubles de standing, malgré le prix élevé du foncier.

L'immobilier commercial sur Anfa continue d'être sous tension

Nos spécialistes en immobilier ont opéré un examen minutieux concernant les locaux commerciaux situés dans le triangle d’Or de la ville. Un déséquilibre est nettement remarquable dû à une demande beaucoup trop élevée par rapport à l’offre. Les entreprises s’arrachent les emplacements disponibles malgré le prix extrêmement élevé du foncier sur cette zone qui jouit d’un emplacement stratégique de premier choix.


 
LES BONS PLANS