Random Article


 
anfa actu
 

 

CIRCULER A PIEDS AU MAROC : UN CALVAIRE TOTAL.

L
es trottoirs constituent un élément de liaison essentiel des réseaux piétonniers, car ils permettent d’isoler le piéton des dangers de la circulation routière. Ceux-ci devraient être adaptés aux ressources de mobilités de tous et garantir une continuité de cheminement.

Hélas, ce n’est pas le cas partout !
La gestion des trottoirs n'a jamais été efficace et efficiente dans la ville de Casablanca. En effet, le sujet des trottoirs dans la ville de Casablanca plus précisément dans les quartiers des affaires tels que Maârif, Gauthier Anfa... suscite perpétuellement des discussions engendrant ainsi une terrible colère de la part de nos habitants. Malgré tout le vacarme produit par plusieurs organes médiatiques marocains, les responsables de la gestion de la ville de Casablanca ne sont pas assez convaincus de l'urgence de la chose. Aménager les espaces piétons est le dernier de leurs soucis. A Casablanca, force est de constater que les trottoirs ne sont pas faits pour marcher. Nombreux sont les accidents subis par les piétons qui font une chute à cause de trottoirs mal entretenus, présentant un défaut ou encore à cause d’un espace de circulation réduit. Toutes ces causes poussent le piéton à circuler sur la chaussée, mettant ainsi en danger sa vie et celle des automobilistes. De plus, les trottoirs sont dans un état délabré ou sont occupés les terrasses des cafés et des restaurants et par des arbres mal placés et négligemment entretenus. Ceci d'un côté, sans oublier que la plupart d'entre eux sont pleines de fissures. On y trouve des trous béants qui engendrent un sentiment d'insécurité chez les usagers. Les familles avec des petits enfants ont de la difficulté à faire avancer les poussettes et les tricycles ainsi que les gens en fauteuil roulant. Pour ceux qui n'ont pas une bonne vision, les surfaces inégales présentent de grands dangers. En fait, plusieurs piétons affirment avoir été victimes d'au moins une chute à cause des trottoirs fissurés et inégaux.

Marcher sur la chaussée n’est, certes, pas la meilleure chose à faire, mais a-t-on le choix, nous autres pauvres piétons ? « Ils sont capables de goudronner cinq fois une même chaussée qui n’est pas en si mauvais état que ça, mais les trottoirs c’est une autre histoire » ! se lamente Brahim, un de nos lecteurs. Pour toutes ces conséquences, nous sollicitons l’aide des autorités compétentes de bien vouloir régler ce problème afin de mettre fin au calvaire enduré par la population dans le but de circuler en toute tranquillité.