Random Article


 
anfa actu
 

 

LE BUS : Une CATASTROPHE Totale

L
e bus est aujourd’hui le transport public le plus utilisé au Maroc grâce à son coût économique et constitue près de 25% du pourcentage total de transport urbain au Maroc. Subventionné par l’Etat, le bus est accessible à toutes les tranches sociales du royaume même les plus démunis vu le prix bas. Afin d’accompagner et de mieux servir le citoyen en matière de transport urbain, les pouvoirs publics ont délégué la gestion et de développement du transport en commun par l’organe de gestion à M’Dina Bus afin d’assurer le bien-être de la population dans le Grand Casablanca.

Cependant, les conditions d’accès à ces transports publics sont de plus en plus pénibles et contraignantes avec une dégradation de la qualité du service. Bien vrai que ce moyen de transport est économique, mais est-ce une raison du faire « laisser aller » ? Certes, la question reste ouverte, mais selon les personnes interrogées, il ressort qu’il existe de nombreux dysfonctionnements dans la qualité du transport public urbain qui sont les suivants : faible accessibilité, manque de régularité, faible fréquence et allongement des temps de trajets, en particulier dans les grandes agglomérations étalement urbain et allongement des distances et temps de trajets, vol dans le bus et souvent même de nombreuses femmes sont des victimes de viol.
C’est plus un problème de gouvernance que de gestion, déclare Kamal Daissaoui. Le DG de M’dina Bus. Il n’y a pas de fatalité. Les facteurs de succès reposent sur la prise de conscience de chacun que le transport en commun est l’affaire de tous. En outre, il faut savoir qu’une entreprise de transport se doit d’assurer un service de qualité et être rentable. A ce jour, le déficit en infrastructures de la région du Grand Casablanca ne peut garantir une rentabilité.